Missions-Fonctionnement

La Psychomotricité

C’est quoi ?

 
Le métier de psychomotricien
Le psychomotricien est un professionnel paramédical.
Il a un Diplôme d’Etat. Il exerce sur prescription médicale suivant un décret de compétences n° 88.659 du 6 mai 1988.
Le psychomotricien peut intervenir dans le cadre de la prévention, du dépistage ou du soin.
L’objectif d’un suivi en psychomotricité est d’accompagner l’enfant comme l’adulte à s’approprier son corps, ses émotions, ses compétences psychomotrices afin de mieux appréhender le monde qui l’entoure. 
Le psychomotricien est formé pour s’appuyer sur différentes médiations : Le jeu, l’exploration sensori-motrice, l’expression corporelle, les médiations artistiques, le toucher- thérapeutique, la relaxation et autres médiations variant aussi en fonction de son lieu d’intervention. 
 

Pour qui ?

Les principales indications
Le psychomotricien  accompagne :
  •  Le nourrisson et ses parents dans leur rencontre et la découverte de leurs compétences  réciproques. Il intervient aussi dans le cadre des troubles du sommeil, de la régulation du tonus, des interactions ou du développement psychomoteur, mais aussi dans le cadre de la prématurité, de troubles sensoriels, de diagnostics de maladies génétiques ou non ayant un impact sur le développement de l’enfant.
  •  Le Jeune enfant dans l’exploration de ses capacités motrices et du monde qui l’entoure, dans le cadre de troubles neurologiques, retard psychomoteur, difficultés relationnelles avec ses pairs.
  •  L’enfant dans ses apprentissages, dans le cadres de troubles du spectre autistique, dyspraxie, dysgraphie, troubles de l’attention, hyperactivité, inhibition, bégaiement, retard intellectuel, déficit sensoriel..
  •  L’adolescent qui vit un bouleversement corporel parfois complexe, dans le cadre de trouble de la régulation émotionnelle, troubles alimentaires, troubles des conduites…
  •  L’adulte qui cherche à mieux se connaître, à gérer son stress ou ses émotions, mais aussi suite à des pertes de capacités psychomotrices dues à des accidents de la vie, des maladies somatiques voire dégénératives. 
  •  La personne âgée au cours de ce chemin tortueux qu’est le vieillissement concernant les pertes de mémoires, pertes de confiance en son corps (prévention de chutes), pertes de repères qui conduisent bien souvent à une perte de l’estime de soi, que le psychomotricien peut aider à maintenir.
  • Par ailleurs toute personne ayant un handicap qu’il soit sensoriel, moteur, intellectuel, de naissance ou suite à un événement de vie, peut bénéficier de cette approche thérapeutique.

Comment ?

Le bilan psychomoteur 
C’est la première étape de tout suivi. Il se fait sur prescription médicale.
Il permet de faire le point sur les compétences et les difficultés du patient dans différents domaines :
L’équilibre
La latéralité
Les coordinations,
La motricité fine,
Le tonus dans sa dimension neurologique et psycho-affective,
L’organisation dans l’espace et le temps,
Le schéma corporel et l’image du corps,
Les capacités d’attention, les interactions avec son environnement. 
Cela commence par un temps d’entretien. C’est avant tout une rencontre : il permet de revenir sur l’histoire du patient et l’apparition des difficultés. Puis le bilan psychomoteur, s’appuyant ou non sur des épreuves cotées, selon les situations est réalisé.
 
Le suivi  en psychomotricité
Il est décidé d’un commun accord à l’issue du bilan psychomoteur. Le nombre des séances varie d’un projet de soin à l’autre. Le suivi est en individuel et hebdomadaire avec des séances de 45 mn.